Aller au contenu

maloti

Cotisant
  • Compteur de contenus

    160
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de maloti

  • Rang
    Fidèle

Vous concernant...

  • Ville
    sur circuit
  • Sexe
    Masculin

Vos véhicules

  • BMW M actuellement possédée(s)
    BMW 1M E82
  1. BMW 1M e82 DKG - EBS

    Ça m'a convaincu, la prochaine ça sera une crevette , mais peut-être pas jaune .
  2. Présentation de maloti E82

    Dijon 08 septembre 2017 au meeting du WCS. Avant cette sortie il me restait 8 roues en Dunlop Maxx Race qui avaient 700 et 900 km de piste, le problème étant le carrossage à l’avant je savais que les 4 roues avant étaient à l’agonie sur l’extérieur de la bande de roulement et donc que je me devais de rouler soft surtout dans les virages rapides à droite (c-à-d partout à Dijon, mdr bouhououuuuuu) Pour le reste préparation standard pour cette sortie, plus amélioration du refroidissement des freins avant. J’ai ajouté une durite silicone pour passer entre les triangles de suspension et à postériori cela s’est bien passé. Ah, finalement non, une petite variante : changement des plaquettes avant à midi sur place car celles montées à Donington pour le mercredi en evening sont encore parfaitement utilisables mais pas pour une journée complète. Avec mon épouse nous sommes arrivés sur place la veille. Le matin nous avons pris le temps de déjeuner, ensuite départ pour le circuit. Trouver une place, vider la caisse, participer au briefing qui s’est tenu à l’heure (chapeau) puis les affaires sérieuses commencent. Ben comme d’hab installation de l’alfano, gopro, pression des pneus et départ en piste pour une première session vers 09h30 (ouais là je suis en retard), je l’avais un peu prévu comme ça en tenant compte de l’état des pneus avant. Les premiers tours ne se passent pas très bien, à faire chauffer les pneus et les freins progressivement et avec un peu d’appréhension je roule sur un faux rythme qui me fait plus accumuler de la gomme sur les pneus qu’autre chose. Et pire, les freins broutent que ça fait vibrer la caisse à avoir mal aux dents. Pour les freins je connais le remède (et je suppute la cause), pour amener les pneus à la bonne température il faut taper dans les freins au bout de la ligne droite, mais taper à mort dedans, et ça fonctionne. Dès la session suivante fini les problèmes de freins qui broutent. Par contre pour les pneus je suis toujours un ton en dessous niveau attaque, est-ce qu’ils vont tenir (les pneus avant) ? Arrive la pause de midi, je m’arrête tôt suite à un drapeau rouge, on avale un casse-dalle puis je change les oplaquettes de freins avant car elles ne feront pas tout l’après-midi. En même temps je permute les pneus avant et comme je crois au père Noël je me dis que ça va le faire. À la reprise je suis à l’heure et le premier en piste lol, mais comme j’ai changé les plaquettes je repars sur un faux rythme pour rôder ces dernières. J’en ai déjà passé 4 jeux à l’avant (StopTech de base) et je n’ai jamais eu de bruit que ce soit sur route ou en piste, à chaud ou à froid, mais cette fois sur les premiers freinages un peu appuyé ça siffle. Ça me surprend tellement que je pense que c’est mes collègues de piste, mais force est de constater que quand je suis seul ça siffle aussi, mais bah voilà, dommage. La seule différence est les plaquettes anti-bruit, justement, qui sont ajourées, alors que précédemment elles étaient pleines. M’enfin ça c’est pas grave. Cette session s’achève sur un drapeau rouge et pour la x ième fois je vais faire le plein de 98 pour la suite. Je constate l’état du pneu avant gauche (conducteur) avant de reprendre la piste et je me dis que cette fois ça va le faire car il a l’air de bien tenir l’usure. Et me voilà parti pour la grosse session de la journée. Comme tout est chaud j’envoie rapidement du lourd et après quelques tours enfin je me retrouve avec des pneus libérés des déchets de gomme répandu sur tout le circuit. Ça fait du bien de constater que la piste est bien en goudron et non-pas en résine comme les pistes d’athlétisme (mon sentiment de toute la journée). Après un run d’une heure (chauffe et refroidissement compris) je retourne aux pits pour ravitailler le pilote et la caisse. C’est ici que je constate avec un chouillat de déception que mon pneu avant gauche est décédé, la bande de roulement est déchapée à l’extérieur. Pendant un moment de recueillement j’ai greffé une autre roue, moribonde aussi, de manière à terminer la journée positivement. Finalement j’ai pu tourner jusqu’en fin de journée et ce n’était que du bonheur. Bilan : 390 km de piste à Dijon et zéro problème mécanique. Je sais que pour l’année prochaine je dois travailler sur la géométrie avant et que mes pneus vont tenir dans le temps avec une usure plus régulière. Le lendemain ce sera Pouilly, l’année passée je n’y avais pas tourné car un problème de turbo m’avais privé de drift. Mais cette année je n’avais plus d’excuses et prenant mon courage à ‘’demain’’ j’ai rapidement vidé la caisse avec l’aide précieuse de mon épouse pour faire, à tout cassé, aller cinq tours. Mais tout de même quelques travers (pas encore de porc) et un tête à queue dans le droite rapide (pas pu m’empêcher de tester), j’ai les vidéos que vous ne verrez jamais car mon égo me conseil de la mettre en veilleuse. Bilan de ce meeting : très très bon et j’ai validé le freinage (refroidissement) ainsi que définir la prochaine évolution châssis. Vidéos : À 7min 24 sec:
  3. Frein M2

    Si tu es curieux tu trouveras, autrement je publierai lorsque j'aurai un montage que j'estime ''propre'' (question de jugement personnel ).
  4. Frein M2

    J'adore ce genre de d'amélioration, sur la 1M je prends l'air au niveau du pare-chocs. Mon système est archaïque mais encore en développement. Beau boulot bravo.
  5. type et conso huile moteur 1M

    Pour jeter encore plus le doute dans le choix de la bonne huile pour le bon moteur, je roule à la Mobil1 5w50. Je ne suis pas passé en 10w60 car ma région à de grands froids en hiver et je ne voulais pas avoir deux types d'huile. Je vidange après chaque sortie circuit.
  6. Purge liquide de frein

    Lors du service, la concession m'a compté 118.00 CHF/HT y compris 1,5 litre de liquide de freins (28.00 CHF/HT). Donc à ce prix, le liquide tu peux prendre le meilleur marché chez Technomag ou Derendinger. Pour le volume je pense qu'un litre suffit. Je devrai refaire l'exercice car je suis en RBF660. Je leur avais dit de ne pas toucher les freins comme ils ne sont plus d'origine, mais j'ai oublié de spécifier que pour le liquide c'était pareil. Mais bon, c'est pas grave. Par contre le prix du RBF660 c'est 24.00 CHF/TTC le demi litre.
  7. Pas le portefeuille et le smartphone, mais je laisse aussi le reste sous une bâche.
  8. Présentation de Elvis

    Bienvenue voisin, belle couleur .
  9. CONSEIL PNEUS CIRCUIT

    1M dossiers rabattus
  10. Donington Park

    Ah Donington, j'en rêvais depuis TOCA et mes premiers tours de piste en simulation. J'en rêvais tellement fort que décision prise cette année d'y poser les roues de la 1M avant que la passion des sorties piste me passe. Donc en début d'année je book deux events, une journée sur le circuit National et un evening sur le GP qui me botte le moins, mais tant qu'à faire hein, une fois que c'est fait c'est fait. Le voyage s'est organisé autour de ces deux événements, le lundi pour le National et le mercredi soir sur le GP, donc prévu une journée découverte de la région avec madame qui m'accompagnait. Nous avons fait le trajet aller en deux étapes avec une pause d'une nuit à une demi-heure de Calais avant de prendre le ferry: Nous avons mangé pas loin de notre maison d'hôte dans un restaurant gastronomique ou nous nous sommes régalés pour un prix plus que correcte, c'est le gros avantage de la France. Le lendemain matin départ pour le ferry: Et quelques heures plus tard nous arrivons à notre hôtel anglais à 15 minutes du circuit: Le trajet en Angleterre était stressant tout de même, surtout dans la périphérie de Londres ou nous avons eu des bouchons. Pour le reste les anglais roulent bien et sont courtois. Le lendemain, lundi, les choses sérieuses commencent. Nous arrivons au circuit à 07h30 pour valider notre inscription et recevoir le premier bracelet, ensuite je vide la voiture des quelques affaires (outils, cric, etc etc ...) et à 08h30 commence le briefing. Les anglais sont à l'heure et tout le monde est là. Comme j'entrave que pouic à l'anglais, j'avais décortiqué à l'avance le briefing que j'avais reçu par courrier. Dans les grandes lignes c'est pareil qu'en France ou en Belgique ou partout ailleurs si ce n'est que les anglais font tout de même les choses à l'envers. Dans tout le pays tu roules à gauche, mais sur circuit en cas de problème tu dois tenir ta droite et les dépassements se font par la gauche exclusivement . Et pourtant, l'entrée et la sortie des stands se fait par la gauche, je vous dis qu'ils font tout à l'envers . À la fin du briefing remise d'un deuxième bracelet qui permet d'accéder à la piste, ça rigole pas les anglais. La piste était prévue dès 09h30 en open pit et nous avons commencé à l'heure par deux tours sous conduite qui m'ont permis de prendre la mesure des dénivelés de la piste. Ensuite j'ai enroulé les tours jusqu'à midi. Cette prise de contact avec la piste a été géniale, tout ces tours en simulation m'ont permis d'être immédiatement à l'aise dans toutes les parties du circuit, et en sensations c'est mieux que dans mes rêves. À midi j'ai permuté les roues avant car le côté gauche est beaucoup plus sollicité. J'ai aussi affiné les pressions avec, à froid, 1.9 à l'avant gauche, 2.0 à l'avant droit et 2.1 derrière. Cela me permettais d'avoir une pression identique à chaud aux quatre coins. Nous avons mangé au self du circuit, sans commentaire. Et l'après-midi dès 13h30 tour tour tour etc etc ... La cerise sur le gâteau, c'est qu'en début d'après-midi il pleuvait à mouiller la piste sur la partie fin des stands et Hollywood puis toute le remontée du circuit était au soleil et piste sèche, le panard intégral, merci le climat anglais. À 15h00 tout le circuit était à nouveau sec avec un grand soleil, là ça a commencé à aller vite... ... jusqu'à 16h30. La fin de la journée était programmée à 17h30, mais après 400 km de piste je savais que j'arrivais à la fin des plaquettes. Dans l'après-midi j'ai eu beaucoup de tours clairs ce qui m'a permis d'Apprécier (avec un grand A) le pilotage de cette BMW, j'ai commencé à me prendre pour un dieu du pilotage: j'en fais ce que je veux, au p****n c'que ça passe vite, incroyable comme je maîtrise (sic). Bon il est temps de faire ce dernier tour rapide, j'attaque la ligne droite des stands seul, gros freinage au bout, puis j'enchaîne Redgate et Hollywood très soutenu pour un beau passage dans Craner Curves (le plus beau virage du circuit) et là, paf le chien, elle part à l'équerre dans Craner Curves, oups. Je ne sais plus ce que j'ai fait, j'ai soudé? relâché trop brusquement? me souvient plus. Je saute sur les freins sans avoir essayé de corriger au volant, les quatre roues bloquées je traverse la piste vers l'intérieur du virage, traverse le gazon puis fini au milieu du bac à gravier, j'ai eu peur de partir en tonneau en rentrant dans le bac en regardant par la porte passager, ouf. Ouf ouf ouf, je vous dis pas le soulagement de ne pas avoir tapé. J'ai eu le bon réflexe, ça aurait pu faire comme ça en corrigeant: Pour moi les dégâts se sont limité à ça: Et deux jantes pelées : Donc le mardi, jour de repos et de visite avec madame, s'est résumé au démontage du dessous de la voiture pour éliminer tout le gravier de Donington. Madame n'était pas contente, non non, mais alors pas du tout du tout. Nous avons tout de même pu faire une petite balade le long d'un canal et visiter le centre de Nottingham. Mais le mercredi après-midi j'étais encore en train d'évacuer des graviers. M'enfin, j'étais prêt pour Donington GP evening, autre organisateur même briefing. Comme le temps était maussade j'ai directement roulé 1h avec une piste sèche et presque sans circulation, à peine une vingtaine de voiture inscrites, c'était génial quoique la piste étant moins chaude les pneus avaient plus de mal à monter en température. Je suis sorti pour faire le plein et la pluie est apparu, une fois la piste bien mouillé on se rend compte qu'on ne peut pas accélérer à fond n'importe où avec un propulsion, c'est une conduite sur des oeufs. Puis la pluie s'est arrêtée, la piste à commencé à s'assécher, la voiture à reprendre de la vitesse et les bacs à gravier se rapprocher et moi j'ai arrêté avant de tout péter , bah oui hein, faut encore rentrer :lol!: . Ensuite tout recharger, une courte nuit avant le départ à 06h30 pour un ferry à 12h00, une étape chez un MOF à 2h de Calais, repas dodo, puis retour à la maison le vendredi. Voyage de 3'200 km avec zéro problème, dont 500 km de piste avec une amélioration à apporter au problème entre le volant et le siège de gauche, voilà, c'est que du bonheur et j'ai conscience que j'ai eu beaucoup beaucoup de chance tout au long de ce périple.
  11. Donington Park

  12. Donington Park

  13. Donington Park

  14. Donington Park

×